█ LES TUTOS POURRIS DE TONTON LOUIS --- Épisode 1 : Le pare-vent BRUTAL █

#1
Image

Comme vous allez probablement vous en rendre compte, j’ai pas beaucoup de vie. Avec la Kawette sous la main, j’ai retrouvé la motivation de (mal) bricoler. Et plutôt que de (mal) bricoler tout seul, je partage mes aventures ici sous forme de tutoriels.

En tout cas, j’en commence un, la flemme décidera du nombre d’article actuellement postés.

Image

Combien de fois par jour les motards se disent :
‘’Merde, j’aimerai tellement pouvoir réunir mes passions pour les pare-vents d’ER5 et les armures médiévales rudimentaires du 13ème siècle.''

Au moins une fois. Au moins une fois par jour, soyons honnêtes.

Mais n’ayez crainte, tonton Louis est là pour vous aider grâce à ce fascicule illustré de l’internet.

Image

· Une kawette – Environ 1 000€ d’occaz (Si comme moi vous avez les lèvres pulpeuses, ya moyen de s’en tirer pour 500 balles)

· Un sens douteux de l’esthétique - Gratuit

· Un carton d’emballage de saucisson - Gratuit (Peut également fonctionner avec d’autre types de cartons, mais la réussite du projet n’est alors pas garantie)

· Une plaque en fer – Gratuit à la déchetterie (Peu importe la taille, l’épaisseur, l’état. C’est pas l’habit qui fait le moine, c’est le talent.

· Un bout de plastique – 2€ (Le plexi c’est pour les riches, j’ai juste acheté un bac en plastoc transparent à la braderie du coin, ça marche bien.)

· Du rustol de pauvre – 10€ (L’astuce avec le rustol de pauvre, c’est que c’est comme du rustol, mais qu’avec la différence de prix, ça fait un paquet de clopes en plus.)

Image

· Un truc pour taper : Une brique, sa tête, l’intégrale de Marc Levy, ou un marteau.

· Un truc pour faire des trous : De la mémoire, de la rouille, ou une perceuse.

· Un truc pour couper : Un katana, une tronçonneuse, de l’eau, ou des ciseaux.

· Des trucs pour visser-dévisser-boulonner : J’vais pas tout expliquer non plus, faut prendre des initiatives de déductions à partir de maintenant.

Image

Trêve de flibusteries, place à la réalisation.

Étape I ----------

On s’emmène une tasse de café au garage. Comme ça pendant qu’on boit le café, on peut faire semblant de planifier ce qui va suivre.

Image

(Astuce : Si des gens passent non loin, vous pouvez leur dire que vous êtes en train de réfléchir à ce que vous allez faire, vous passerez ainsi pour quelqu’un d’hautement éduqué.)

Étape II ----------

Avec un crayon ou tout objet laissant des traces, on dessine un tunnel qui passe sous une montagne ancestrale sur le carton à saucisson. Et oui, le bricolage, c’est aussi de la poésie.

Image

Étape III ----------

On pose le carton sur son phare, et on voit si ça donne quelque chose d’à peu près potable. Si c’est moche, on avance quand même à la prochaine étape, pas le temps de niaiser.

Image

Étape IV ----------

On pose le carton sur la plaque en fer et on découpe. On peut nettoyer le fer au papier de ver si comme chez moi, c’est une vieille plaque de four rouillée récupérée à la déchetterie communale de Cajarc. Sinon, c’est pas grave, le rustol fera son job.

Image
Image

Étape V ----------

ON TAPE. Avec n’importe quoi. On tape pour transformer un truc plat en truc rond. On tape comme un âne sans réfléchir parce que c’est drôle.

Image

Étape VI ----------

On vérifie qu’on est pas en train de taper comme un âne pour rien, on pose la plaque de four sur le phare de la Kawette. Si c’est à peu près de la même forme, c’est déjà plus que parfait.

Image

Étape VII ----------

On enlève les deux vis et deux boulons du phare. On perce la plaque de four à l’emplacement des boulons du phare, et on remonte le tout.

Image

(Astuce : Si comme moi vous avez du faire cinq trous pour tomber au bon endroit, vous pourrez expliquer au gens qui remarquent votre incompétence que c’est en fait des trous d’aérations pour refroidir votre phare qui a tendance à surchauffer. Et oui, le mensonge est le meilleur ami du bricoleur.)

Étape VIII ----------

On découpe un gros rectangle dans ce qui reste de la plaque de four (même largeur que la pièce précédente), et on le cintre au marteau avec autant d’enthousiasme que le batteur de megadeath.

Image

Étape IX ----------

On fait des trous, et on visse le rectangle sur la montagne ancestrale.

Image

À ce stade, ou ça commence à devenir classe, ou c’est aussi moche que la déchetterie dans laquelle vous êtes allé récupérer votre bout d’feraille.
Dans tout les cas, on avance. Comme disait Jean-Pierre Pernaut : The show must go on.

(Anecdote : Presque tout ce qu’on a fait jusque là, c’est actuellement la technique de fabrication traditionnelle de certaines épaulières d’armures médiévales (martèlement à froid). Sauf qu’à la place d’une Kawette, on mettait des gens.)

Étape X ----------

On découpe un morceau de plexiglass ou de bac en plastique de la même largeur que les autres pièces, et on vient percer / boulonner sur notre dernier rectangle.

Image

Étape XI ----------

Étape importante ! On assemble tout, et on le monte sur la Kawette. C’est le moment ou on se rends compte que notre patron à main levée était extrêmement mal fait, et que dans tout les cas, on a rien coupé droit.
On redessine les découpes sur le pare-vent une fois qu’il est monté, et on essaye d’en faire un truc pas si horrible que ça.

Image

Étape XII ----------

Un coup de rustol de pauvre sur la feraille.

Image
Image

Étape XIII ----------

Quinze minutes plus tard, on assemble le tout pour la dernière fois, on se refait un café pour fêter la réussite de cette aventure, et voilà !

Image

Image

Au final, avec un pare-vent fabriqué comme une épaulière en plexi-feraille, on se retrouve avec une tête de fourche de kawette originale pour moins de 15 balles.

Avec la dernière pièce en plastique :

Image
Image
Le coté transparent ne sert à rien. Même penché, on voit largement au dessus. Et comme c'est moche, ce truc en plastique, et ben je déconseille. C'est vraiment un tuto pourri.
Niveau performances, jusqu'à 120km/h, on sent rien du tout par contre, c'est hyper confortable. Au delà, on recommence à sentir le vent sur les épaules.

Sans la dernière pièce en plastique :

Image
Image
Image
Comme c'était extrêmement moche, j'ai essayé de l'enlever. Au final, jusqu'à 110km/h (à peu près), c'est toujours confortable. Au delà, la pression du vent augmente graduellement. J'étais aussi sûrement plus penché qu'avec la version précédente. Mais bon. C'est toujours ça en plus.

Et au fond, même si le résultat est douteux, est-ce que le plus important c’est pas de faire un photomontage de Jean-Pierre Pernaut qui cautionne notre travail ?

Image

À bientôt pour de nouveaux tutos pourris !
Dernière modification par Louis HCT le 15 juin 2020, 08:53, modifié 4 fois.
"Quand le vin manque, il manque tout."

Re: [Tutoriel] Le pare-vent BRUTAL (Les tutos pourris de tonton Louis)

#5
Veilleur a écrit :
14 juin 2020, 08:53
Alors... je ne sais pas si je dois modérer cette... chose....
Ah ah ah , pfiou, c'est pas passé loin... Merci pour l'indulgence et le soutien ! :D

(Blague à part, je pense qu'à la longue, je ferai des trucs qui seront peut-être actuellement utilisables, qui sait peut-être même que les gens arrêteront de vomir en regardant ma kawette.)
"Quand le vin manque, il manque tout."

Re: █ LES TUTOS POURRIS DE TONTON LOUIS --- Épisode 1 : Le pare-vent BRUTAL █

#8
Veilleur a écrit :
21 juin 2020, 18:59
En fait ici tu aurais dû laisser en métal brut et ne pas peindre, ça faisait tellement madmax ! Quelques pointes et c'était parfait
Crois moi ou non, c'était le but ! :'(
Mais comme j'ai acheté du rustol de pauvre, au lieu de la jolie protection transparente un peu plus sombre, j'ai eu cette couche dégueulasse qu'on dirait que c'est de la gouache...
savate a écrit :Pas mal comme antivol :panlol:
Ah ah ah, t'es un monstre, ça m'a beaucoup fait rire ! :D
"Quand le vin manque, il manque tout."
Répondre

Revenir à « Tutoriels »